Romane Lonjon | 21 janvier 2019

L’identité de Kanbios : Journal de bord #3

Journal de bord

« Tu ne peux pas empêcher que tout change, pas plus que tu ne peux empêcher les soleils de se coucher. »

Je me rappelle ces mots prononcés par Shmi Skywalker* à son fils alors que nous repartons en exploration spatiale et que j’écris ce second journal de bord. Pendant notre escale sur Terre, nous avons festoyé dans nos foyers (eh oui ! Les cosmonautes aussi célèbrent la nouvelle année) et avons fait le plein. C’était l’opportunité pour nous d’embarquer trois nouveaux membres : Clément et Audrey qui rejoignent notre équipe de chefs de projet agile et Florian qui se rallie à Elisabeth dans la section d’experts UX / UI. On leur souhaite la bienvenue et une belle aventure avec Kanbios ! Un quatrième membre, inattendu s’est joint à nous… Nous nous sommes rendu compte de sa présence le troisième jour de cette seconde odyssée.

Comment s’est construite l’identité de Kanbios ?

Depuis quelques jours, nous entendions des bruits étranges dans les conduits. Mais chez Kanbios, les membres sont formés à supporter toutes les épreuves et l’imprévu fait partie intégrante de leur entraînement ! Ce-dit troisième jour, en réunion pour comprendre les détails de notre exploration, assis autour de la table de contrôle, nous discutions de notre prochaine destination. Alors que Johann donnait à chacun ses ordres de mission, brusquement, la bouche d’aération du plafond céda et s’effondra devant nos yeux ébahis. Un faible bêlement s’échappa, sûrement Julien. Au centre du meuble, un… lézard ?? Ma foi, nous avions prévu les rongeurs, mais alors les reptiles… jamais. Avant même que l’animal ait le temps de siffler ouf, Elisabeth s’empara d’une poubelle et emprisonna la bête.

A notre grande surprise, l’animal changea de couleur. Nulle tromperie dans mon propos, un caméléon se trouvait bel et bien devant nous. Comment avait-il réussi à intégrer la fusée ? Encore aujourd’hui, nous nous posons la question (pensée pour nous-mêmes : il faudra qu’on rediscute de la sécurité avec les ingénieurs de SpaceK**).

Pourquoi la dénomination « Kanbios » ?

Après cet interlude bestial, Jérôme – pris d’un éclair de génie, calma les troupes et demanda :

– Elisabeth, pourrais-tu expliquer aux membres qui viennent de nous rejoindre la raison pour laquelle la fusée s’appelle Kanbios ?

– L’identité de Kanbios provient d’un jeu lexical, qui renvoie au grec « Bios » qui signifie la vie, l’existence ; de « Cambio » en espagnol, l’idée de changement et de transformation ; et enfin « Kanban » pour la méthodologie Agile qui fait référence à l’agilité, la rapidité, l’adresse.

– Alors c’est décidé, nous allons adopter ce caméléon. Souhaitons également la bienvenue à notre nouvel animal totem, celui qui s’apparente le plus aux valeurs de notre vaisseau. En effet, l’indétermination chromatique du caméléon n’indique pas son manque d’assurance ou de fermeté, mais renvoie au privilège de régénérer son essence propre à travers ses dispositions à la métamorphose. En ce sens, le caméléon semble offrir un modèle de transformation fortifiante et galvanisante. Facétieux et agile, le caméléon n’en est pas moins énigmatique et séduisant lorsqu’il figure l’expression des forces créatrices et la promesse d’une alchimie avec un environnement donné. Matière primordiale, curieuse et résolue, ses facultés adaptatives font de lui un modèle de ruse, de miracle et de célérité. Par l’indétermination de son principe et ses dispositions régénératives, cet animal est pour nous, Kanbios, une promesse de fécondité.

– OK… Eh bien… merci Jérôme pour tes mots très… conceptuels. Une chose est certaine, maintenant que K-méléon (vous avez capté le jeu de mot ?) est avec nous, il y reste ! Conclut Johann.

Voilà l’histoire de l’arrivée de notre animal totem, notre mascotte, qui s’ajoute à notre équipage renfonçant l’identité Kanbios. Nous reviendrons le mois prochain avec notre troisième journal de bord, et toujours plus d’actualités sur notre fusée.

Kanbiosement votre,

Les membres d’équipage

* Allez, un petit retour à vos classiques !

** Toute ressemblance avec des organisations existant ou ayant existé, ayant déjà, par exemple, lancé des voitures dans l’espace, serait of course purement fortuite et de l’ordre de la coïncidence et du hasard.